Chaque année, des centaines de milliers de personnes partent de chez eux, quittent leur pays, à la recherche d'une vie meilleure ou fuyant une situation de violence. Beaucoup sont blessés ou même tués durant leur trajet. Beaucoup d'autres disparaissent sans que leurs proches ne sachent s'ils sont vivants ou morts ni ce qui leur est arrivé. Selon les données publiques disponibles, plus de 23 000 personnes migrantes seraient portées disparues depuis 2014.

Depuis 2020, le Comité International de la Croix Rouge et plusieurs écoles du Groupe INSA travaillent main dans la main pour concevoir et développer des outils numériques qui permettront à ses équipes de faciliter la recherche des personnes disparues en contexte de migration, catastrophes ou de conflits.

Plusieurs applications et logiciels ont d'ores et déjà vu le jour, permettant par exemple d'automatiser la recherche d'identités sur les réseaux sociaux ou encore de nettoyer et traiter des images, appliqué à la reconnaissance de personnes décédées.

À ce jour, ce sont 37 élèves qui, dans le cadre de leur cursus et sous la supervision de 7 enseignants-chercheurs, ont développé 7 projets alliant méthodes et outils propres aux écoles d’ingénieurs avec les connaissances terrain du CICR.

Vous trouverez sur cette page les projets développés, les obstacles rencontrés, les solutions proposées et les évolutions envisagées. Avec comme espoir de pouvoir apporter des réponses dignes et scientifiquement solides aux proches des disparus et de restaurer la dignité de celles et ceux qui ont disparus.


 

Les projets

Traçabilité des restes humains de la découverte à l'inhumation : deux applications mobiles DIVIDOC et DIVIMAP

La gestion digne des morts dans les situations de catastrophe est essentielle pour préserver et/ou restaurer leur identité. Lors de catastrophes de masse et d'autres situations éprouvantes telles que la pandémie actuelle de Covid-19, les ressources et les capacités des premiers intervenants, principalement dans les pays en développement, peuvent être poussées à leur limite.

Deux applications photo, DIVIDOC (Disaster Victim Documentation) et DIVIMAP (Disaster Victim Mapping) ont été créées pour garantir la traçabilité des restes humains de la découverte à l'inhumation et suivant les recommandations de bonnes pratiques ont été créées. Les applications fonctionnent sous Android et seraient utilisées par deux groupes de personnes distincts, les responsables de la récupération (DIVIDOC) et les responsables de l'inhumation/l'élimination des restes humains (DIVIMAP). En savoir +


Logiciel de retouche photos pour rendre la dignité des visages de personnes décédées

Dans le cas de personnes migrantes décédées en mer le processus de reconnaissance par les proches est compliqué par l’état des corps, la mauvaise qualité ou l’environnement des photos. Sans oublier le choc que provoquent ces images et qui compliquent la reconnaissance d’un proche. Ce projet a pour objectif d’aider, par le traitement d’image, les familles de personnes disparues à reconnaître leurs proches. Sous la forme d’un logiciel accessible depuis le Web, ce projet semi-automatise le processus de retouche d’images et fournit un outil facile d’utilisation pour tout personnel du CICR ou tout autre acteur impliqué dans le processus d’identification de disparus. En savoir + 


Audit du processus de collecte d’informations et recommandations pour la Central Tracing Agency (CTA) du CICR dans sa recherche de migrants disparus.

La Central Tracing Agency est une agence du CICR qui collecte toutes les demandes d'informations de familles pour retrouver leurs proches. Toutefois, la quantité de demandes est énorme et l’agence a besoin d’améliorer son processus de recherche et de collecte d'information.  Face à la complexité de la récupération et transfert d’informations dans des contextes de migration, une cartographie du processus de collecte d’information sur les personnes disparues est nécessaire en faisant appel à de nouvelles méthodologies.

Ce projet utilise l’approche par « process » utilisée dans le cadre de la production industrielle ou de service. Il a pour ambition de construire une piste crédible pour fournir de nouvelles clés de compréhension et d’amélioration du traitement de l’information au sein de la CTA et en coordination avec les différents acteurs du mouvement de la Croix Rouge. En savoir +


Logiciel d’extraction de données et de construction de graphes pour la recherche de migrants disparus

De nombreuses informations, quelquefois contradictoires, souvent incomplètes, circulent sur les réseaux sociaux ou sont diffusées par les proches des migrants disparus. Ces bribes d’informations peu fiables complexifient la recherche de personnes disparues. Le CICR a besoin de pouvoir explorer les réseaux sociaux comme une ressource plus fiable et structurée pour qu’au lieu de compliquer sa tâche, devienne un outil au service du processus d’identification des migrants disparus. C’est pour cela qu’un logiciel capable d’automatiser au maximum la recherche d’information sur les personnes migrantes disparues sur les réseaux sociaux a été développé. Il se focalise, en particulier, sur les informations des personnes disparues suite au naufrage de leurs embarcations en mer Méditerranée, lors de la traversée de l’Afrique vers l’Europe pour des raisons migratoires. En savoir +


BRSSA une application mobile pour évaluer le degré de parenté lors du prélèvement d’’échantillon génétique des proches de personnes disparues

La collecte d'échantillons biologiques de référence (BRS) auprès de parents de personnes disparues pour l'analyse de la parenté est une tâche difficile chaque fois qu'elle est effectuée par des non-spécialistes. En règle générale, l'échantillonnage a lieu après les entretiens de collecte de données ante mortem, les décisions sont prises sur le terrain et en utilisant les proches disponibles. Le retour pour chercher d'autres donneurs est généralement des endroits éloignés, n'est pas toujours une option.

Une application mobile utilisant une plate-forme Android appelée Biological Reference Sample Samplig Application (BRSSA) a été développée pour structurer le prélèvement et donner une évaluation rapide de la qualité de ces données. Cette application a pour objectif d’améliorer le travail sur le terrain des personnes en charge du prélèvement. En savoir + 


Analyse statistique des biais d’un algorithme de reconnaissance faciale

Les méthodes d’apprentissage pour la reconnaissance faciale ont fait un bon phénoménal ces dernières années avec les méthodes de Deep Learning. Pour autant ces méthodes se montrent moins efficaces dans certaines situations (mauvaise qualité de la photo, yeux fermés du défunt, angle de la prise de vue) ou pour certains types de personnes. Ce projet consiste en une analyse statistique des biais d’un algorithme propriétaire de reconnaissance faciale en vue de l’adapter à la reconnaissance de visages de défunts d’origine africaine. Il donne des recommandations précises dans le but de déployer les algorithmes de reconnaissance faciale au service de la recherche des personnes disparues. En savoir +


Développement d’une plateforme d’archivage et de gestion des informations sur les naufrages de bateaux de personnes migrantes

De nombreuses photographies et de diverse qualité sont collectées par le CICR auprès des familles de migrants disparus ou bien sont disponibles sur les réseaux sociaux. La comparaison des photos de personnes vivantes avec celle des corps de migrants récupérés est un processus long et aux résultats encore aléatoires.  Ce projet a permis de créer une application Web qui récupère et structure les données disponibles pour utiliser des outils d'apprentissage automatique dans le but d’aider à la comparaison de photographies de personnes migrantes décédées non identifiés avec celles de personnes recherchées par leurs proches et leurs familles. En savoir +


Témoignages

L’identification des morts est un sujet sur lequel très peu d’organismes travaillent. Il y a peu de recherches sur le sujet. Nous avons dû revoir plusieurs fois les objectifs du stage. Il a parfois été frustrant de travailler sur une méthode durant quelques semaines pour se rendre compte que ça ne marchait pas . Cependant, nous avons été très bien encadrés par nos deux tuteurs qui nous ont toujours aidé à creuser de nouvelles pistes.
Nous avons rendu un programme qui permet de sélectionner des contours de mâchoire et calculer des vecteurs de déformation afin d’étudier son gonflement. Un autre programme permet de modifier le visage pour le dégonfler, avec un curseur qui laisse le choix à l’utilisateur sur le visage final qui lui semble le plus proche de la réalité. Nous avons commencé à explorer des pistes de modélisation en 3D, que nous laissons aux prochains groupes travaillant sur le projet.
Ce stage est le début d’un long projet qui, j’espère, sera repris et permettra d’identifier des personnes et aider des familles à faire leur deuil. J’ai apprécié y participer, ça m’a permis de découvrir un domaine très particulier et m’a conforté dans l’idée de travailler dans l’humanitaire.

Lucie Sincholle
Étudiante Génie des Procédés et Environnement INSA Toulouse

J'ai eu beaucoup de plaisir de pouvoir contribuer à ce projet. Le stage a été enrichissant tant sur le point humain que technique. Sur le plan technique, j'ai pu développer ma première application Web et je suis monté en compétence sur plusieurs domaines comme le traitement d'images et l'apprentissage machine. Côtoyer des employés du CICR m'a permis de découvrir des aspects de l'humanitaire comme le dévouement pour autrui et l'importance des obsèques pour la dignité. Très content d'avoir pu vivre cette expérience et fier d'avoir poser ma pierre à l'édifice. 

Adam Hamidallah
Étudiant Génie Mathématiques INSA Toulouse

ENTRETIEN AVEC LA JOURNALISTE TAINA TERVONEN SUR L'ALLIANCE CICR INSA
DÉCEMBRE 2021

 

Taina Tervonen est journaliste indépendante. Depuis près de vingt ans, elle consacre son travail au sujet des migrations. Dans le cadre d'une enquête au long court réalisé pour le site Les Jours, elle a rencontré les étudiantes et étudiants du Groupe INSA qui travaillent avec le CICR (Comité international de La Croix Rouge) dans le cadre de l'Alliance CICR, portée par la Fondation INSA.


FESTIVAL "ET MAINTENANT ?" TABLE RONDE AVEC ÉTUDIANTS ET ENSEIGNANTS MOBILISÉS
DÉCEMBRE 2021

 

Dans le cadre du festival "Et maintenant?" , organisé par France Culture et Arte, table ronde sur l'alliance CICR : Une innovation scientifique et technique au service de la recherche de personnes disparues.


Médias

 

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L'IDENTIFICATION DES MIGRANTS MORTS EN MER
INFOMIGRANTS - 6 JUILLET 2022

 

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’associe à l’école d’ingénieurs française Insa pour faciliter l’identification des migrants morts ou disparus en mer. Les scientifiques ont développé des logiciels d’aide à la recherche des exilés qui ont péri sur la route.

La recherche et la science se mettent au service de l’humanitaire. Depuis deux ans, des élèves ingénieurs de plusieurs écoles de l’Institut national des sciences appliquées (Insa) travaillent en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) sur la difficile question de l’identification des corps des migrants morts ou disparus en mer.

Lire l'article complet


UN LOGICIEL POUR REDONNER UN VISAGE AUX MIGRANTS DISPARUS
THE CONVERSATION - 22 JUIN 2022

 

 

Chaque année, des centaines de milliers de personnes partent de chez elles et quittent leur pays à la recherche d’une vie meilleure ou pour fuir des violences. Beaucoup sont blessées ou tuées durant leur trajet. Beaucoup d’autres disparaissent sans que leurs proches ne sachent si elles sont vivantes ou mortes, ni ce qui leur est arrivé.

Selon le projet Migrants disparus de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), on a ainsi perdu la trace de 45 000 migrants dans le monde depuis 2014, dont 24 000 en Méditerranée.

Lire l'article complet


ILS RENDENT UN VISAGE AUX DISPARUS
LES JOURS - 30 DÉCEMBRE 2020

Que sont-ils devenus ? Des étudiants-ingénieurs ont créé des applis afin d’aider le CICR à identifier les migrants morts en Méditerranée. “Cet été, Adam Hamidallah et son camarade d’études Din Triem Phan (étudiants INSA) ont passé deux mois à développer une application un peu particulière. Destinée au Comité international de la Croix-Rouge (CICR), son but est d’automatiser le traitement des images des corps récupérés en mer, pour qu’elles soient regardables par les familles.”

Lire l'article complet


UNE APP CRÉE PAR DES ÉTUDIANTS AIDE LES DISPARUS DU COVID OU DE LA MIGRATION À RETROUVER UNE IDENTITÉ
HEIDI NEWS - 25 JANVIER 2021

C’est un triangle des Bermudes où sombrent à jamais certains drames de la migration. Comment redonner un nom et une histoire aux corps anonymes retrouvés en Méditerranée – et prévenir leurs proches? Sur l’impulsion du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), des étudiants des écoles d’ingénieurs INSA (Institut national des sciences appliquées), en France, ont développé au printemps 2020 — en plein confinement — des outils numériques pour faciliter la traçabilité des corps du lieu de leur découverte à celui de leur inhumation. Leur application a aussi été utilisée face à une première vague de Covid-19 particulièrement meurtrière, notamment en Amérique du Sud, où les systèmes de santé de certains pays se sont effondrés.

Lire l'article complet


 

Participer

L'Alliance CICR INSA est un programme en construction, ouvert à de nouvelles propositions de collaborations et de soutiens. En particulier si vous êtes :

  • Dans une entreprise et vous souhaitez vous associer par du mécénat à l'Alliance CICR INSA ;
  • Enseignant-chercheur INSA et disposé à superviser des projets étudiants ;
  • Élève-ingénieur et intéressé par nos offres de stages ; 
  • Journaliste souhaitant en savoir plus sur nos actions ;
  • Alumni INSA qui souhaite aider en intégrant le programme Insalliés ;
  • Dans une ONG qui pourrait mettre en application nos logiciels dans la recherche de disparus.

Vous pouvez directement nous contacteR !